10 conseils pour les amateurs de pêche

La pêche, ce n’est pas simplement plonger sa canne dans l’eau en attendant que des prises mordent à l’hameçon. C’est un art ancestral qui se savoure au fil de l’eau et au rythme du vent. Si vous êtes amateurs de pêche, vous devez absolument disposer du bon équipement et maîtriser les techniques pour pêcher efficacement. Suivez nos meilleurs conseils et astuces pour choisir vos matériels, être plus efficace à l’eau et couronner vos sessions de pêche de succès.

Quelles sont les techniques de pêche ?

Pour bien débuter son apprentissage, quelles sont d’abord les différentes techniques de pêche et laquelle privilégier quand on est novice ? En réalité, la réponse dépend plutôt du milieu et des poissons qu’on souhaite attraper.

1. Comprendre et sélectionner sa technique

  • La Pêche au Coup

Privilégiée par les débutants, cette technique se pratique généralement en eau douce, depuis le bord ou un ponton. Elle nécessite un matériel simple : une canne fixe, une ligne équipée d’un flotteur, d’un hameçon et d’un lest, et bien sûr des appâts. C’est une technique de précision et de patience où le pêcheur apprend à lire les subtiles variations du flotteur, indicateur de l’intérêt d’un poisson.

  • Le Lancer (ou spinning)

Plus dynamique, la pêche au lancer séduit ceux qui recherchent une pêche active. Avec une canne à lancer, un moulinet et une grande variété de leurres, les pêcheurs prospectent les eaux en quête de carnassiers tels que le brochet, la perche ou le black Bass. C’est un ballet entre l’agilité du pêcheur et la vivacité de sa cible, demandant un sens aigu de l’observation et de la réactivité.

  • La Pêche à la Mouche

Elle demande un peu plus de maîtrise technique et une connaissance approfondie des insectes et de leur imitation. Avec une canne spécifique et un moulinet adapté, le pêcheur utilise des mouches artificielles pour tromper la vigilance des poissons, en particulier les truites. Le pêcheur doit être précis et imiter les insectes.

  • La pêche à fond

C’est une méthode visant à déposer l’appât directement sur ou près du fond à l’aide de plomb. Elle est efficace pour de nombreuses espèces qui se tiennent à proximité du substrat comme les carpes, par exemple. Attention, la pêche de grand fond est réglementée, voire même interdite dans de nombreuses zones maritimes.

  • La pêche à la traîne

Pratiquée depuis un bateau en mouvement, elle vise à imiter le mouvement d’un poisson blessé par le biais de leurres ou d’appâts naturels. Cette technique est souvent utilisée en mer pour capturer des espèces telles que le thon ou l’espadon, requérant un équipement robuste pour résister à la force de ces géants.

Parmi ces techniques, la pêche au coup et la pêche au lancer sont les plus couramment pratiquées pour leur facilité d’accès et leur adaptabilité aux différents milieux aquatiques. Elles offrent aux débutants un apprentissage progressif tout en permettant aux pêcheurs plus expérimentés de perfectionner leur maîtrise.

Comment choisir son matériel de base pour la pêche ?

Utiliser les bons matériels de pêche est bien sûr recommandé, car ils faciliteront l’apprentissage. Afin de profiter pleinement de chaque session, investissez donc dans un matériel adéquat.

2. Lister ses matériels

Selon l’approche qui semble vous convaincre, vous pouvez exiger différents équipements. Nous avons établi une courte liste du matériel basique pour la pêche :

  • La canne à pêche : elle doit être choisie en fonction du type de pêche pratiqué et du lieu de pêche (en eau douce ou en mer).
  • Le moulinet : cet accessoire assorti à la canne facilite l’enroulement et le déroulement du fil de pêche, il vous sera grandement indispensable.
  • Le fil : il existe en différentes résistances et tailles. Plus il est fin, moins il sera visible par les poissons.
  • Les hameçons : ils serviront à attirer les poissons, donc il faut les choisir en fonction de la taille et de l’espèce de poissons ciblés.
  • Les appâts et leurres : vous les choisirez différemment selon les goûts des espèces et peuvent être naturels (vers, larves…) ou artificiels (leurres souples, poissons nageurs…).
  • Les accessoires : ils comprennent les petits accessoires utiles tels que les épuisettes, les casiers à pêche, les pinces, les couteaux, les float-tubes, etc.
  1. Bien choisir sa canne à pêche

La canne à pêche doit offrir une bonne sensibilité et être suffisamment robuste pour le type de poisson recherché. Pour choisir la vôtre, il y a plusieurs critères à voir :

  • La longueur

Une canne plus longue permet une meilleure distance de lancer tandis qu’une canne courte sera plus précise et maniable. Pour les débutants, une canne télescopique ou à emmanchement d’une longueur moyenne d’environ 2,40 à 2,70 mètres offre un bon compromis entre maniabilité et polyvalence.

  • Le type de canne et d’action

Selon que vous pratiquez la pêche aux leurres, au coup, à la mouche ou encore au lancer, le choix du type de canne et d’action sera différent. Une action de canne « légère » sera adaptée pour des petits poissons, tandis qu’une action « lourde » conviendra aux plus gros cibles.

  • La puissance

Cette caractéristique indique la quantité de poids nécessaire pour plier la canne. Plus la puissance sera élevée, plus la canne sera capable de supporter des gros poissons. Une canne à action lourde sera forcément plus puissante.

  1. Miser sur le bon moulinet

Le choix d’un moulinet est stratégique pour tout amateur de pêche, car il joue un rôle central dans la manipulation de la ligne et la maîtrise du poisson. On privilégiera la fluidité, la résistance à la corrosion pour la pêche en mer et une bonne capacité de ligne pour les prises importantes. Il existe différents types de moulinets et systèmes de freinage qu’il faudra également adapter à la technique de pêche pratiquée, la taille des poissons et les conditions de pêche.

On distingue les moulinets à lancer léger (spinning), à lancer lourd (baitcasting), et à tambour fixe ou moulinet de surfcasting pour la pêche en bord de mer. Le moulinet spinning convient parfaitement aux débutants de par sa facilité d’utilisation et sa polyvalence, tandis que le baitcasting est favorisé par les pêcheurs plus expérimentés qui ciblent de gros poissons, car il offre une meilleure précision de lancer et une plus grande force de traîne. Quant au moulinet de surfcasting, il est conçu pour lancer à très longue distance, ce qui est crucial lors de la pêche en mer depuis le rivage.

5. Savoir choisir les lignes de pêche et les hameçons

En matière de fil, la résistance, la visibilité et l’élasticité sont primordiales. La résistance, souvent exprimée en livres ou kilogrammes, doit correspondre au poids moyen des poissons que vous comptez pêcher. Les fils de pêche se déclinent en monofilament, en fluorocarbone et en tresse. Le monofilament est le plus courant et le moins cher, il est apprécié pour son élasticité qui pardonne les erreurs de débutants. Le fluorocarbone, quant à lui, est presque invisible sous l’eau et convient pour des eaux claires et la pêche de poissons méfiants. La tresse est reconnue pour sa grande résistance et son absence d’élasticité, ce qui permet une meilleure sensibilité et une prise de contact plus rapide avec le poisson.

Les hameçons se choisissent en fonction de la taille et de l’espèce des poissons visés, tandis que les leurres devront imiter au mieux les proies naturelles des espèces recherchées. Une visite dans un magasin spécialisé ou une discussion avec des pêcheurs expérimentés pourra enrichir votre compréhension et affiner vos choix de matériel.

Où et quand partir à la pêche ?

Si vous souhaitez réussir vos sorties de pêche, vous devez également être au bon spot et au bon moment. D’une manière générale, le lever et le coucher du soleil sont des périodes fastes, car les poissons sont plus susceptibles de mordre.

6. Chercher le bon spot de pêche

C’est en forgeant que l’on devient forgeron, c’est aussi valable pour la pêche. Au fur et à mesure que vous pratiquez, vous approfondirez votre expérience et votre connaissance de l’environnement aquatique pour apprendre bien à choisir les spots de pêche.

Pour la pêche en mer, la topographie sous-marine est un excellent indice. Les espèces marines aiment les structures variées — que ce soit un fond sablonneux, rocailleux, ou des herbiers. Ces zones leur offrent abri contre les prédateurs et abondance de nourriture. Utiliser une carte bathymétrique ou un sonar peut vous aider à localiser ces points chauds.

L’observation est aussi une précieuse alliée. Sur place, cherchez les indices de la présence de poissons : mouvements de l’eau, sauts de poissons et la présence d’insectes qui sont souvent un bon indicateur de la chaîne alimentaire en action.

L’histoire locale peut être riche d’enseignements. Discutez avec les pêcheurs expérimentés de la région ou les propriétaires des magasins de pêche locaux. Ils peuvent partager leurs observations sur les endroits où ils ont eu le plus de succès.

N’ignorez pas l’importance des conditions météorologiques. Des changements comme la pression atmosphérique, la température de l’eau et le vent peuvent influencer le comportement des poissons. Les jours couverts, par exemple, peuvent souvent être plus productifs, surtout si vous visez des poissons qui sont sensibles à la lumière vive.

Enfin, la patience est souvent récompensée en pêche. Même avec toutes les connaissances et les outils, il faut parfois attendre au bon endroit, en adaptant ses techniques, pour que l’action commence. Documentez vos sorties, les conditions, et les succès de pêche pour bâtir un historique qui vous servira à mieux choisir vos spots à l’avenir.

7. Pêcher au bon moment

Les saisons

Les poissons ont des comportements saisonniers. Par exemple, le début de l’automne est souvent propice pour la pêche au brochet, tandis que le printemps accueille favorablement la pêche à la truite en rivière. La pêche en lac peut être fructueuse juste après la fonte des glaces, lorsque les eaux se réchauffent et que les poissons sont plus actifs. Consultez aussi les règlements locaux qui peuvent déterminer non seulement les saisons de pêche autorisées, mais aussi les zones spécifiques où la pêche est permise.

Les périodes d’activité des poissons

Les poissons sont plus actifs lorsqu’ils se nourrissent. Les meilleures heures pour la pêche se situent tôt le matin et en fin de journée lorsque la température est plus fraîche et que les poissons sont plus actifs. Les journées nuageuses peuvent également offrir de bonnes opportunités de pêche ils sont moins méfiants dans ces conditions. Mais les espèces ont des comportements différents, vérifiez donc toujours ceux des variétés que vos souhaitez capturer.

Les conditions météorologiques

Les conditions météorologiques influencent grandement l’activité des poissons. Les jours de vent, de pluie, et les variations rapides de température peuvent par exemple rendre la pêche difficile. Privilégiez des conditions météorologiques stables pour maximiser vos chances de réussite.

Les marées en cas de pêche en mer

Pour la pêche en mer (surfcasting), il est essentiel de tenir compte des marées. Les meilleures périodes se situent généralement autour de la montée ou de la descente des marées lorsque les poissons sont les plus actifs à la recherche de nourriture.

En tenant compte de ces différentes conditions, complétez vos matériels avec un bon rangement et un équipement adéquat. Une boîte de pêche compartimentée permet de garder vos accessoires organisés et facilement accessibles. Pour votre confort personnel, les chapeaux et vêtements adaptés aux conditions climatiques et un siège ou un tabouret de pêche vous mettront à l’aise lors des longues heures au bord de l’eau.

Comment pêcher ?

La maîtrise de votre canne et la bonne exécution des montages sont des compétences basiques que vous affinerez également au fil du temps.

8. Manier la canne

  • Prise en main : tenez votre canne près du moulinet pour un meilleur contrôle avec la main dominante et placez l’autre main sur la poignée supérieure pour supporter et diriger l’action. Pratiquez toujours dans un espace ouvert pour éviter les accidents.
  • Le lancer : lancez à l’épaule (c’est le plus facile), c’est-à-dire la canne en arrière, inclinée à un angle de 45 degrés, puis faites un mouvement rapide et fluide vers l’avant, en relâchant la ligne au point le plus haut de votre swing pour envoyer l’appât ou le leurre là où vous le souhaitez.
  • Le moulinet : après le lancer, utilisez le moulinet de la canne pour ajuster la tension de la ligne. Un moulinet bien réglé évitera les emmêlements et facilitera la détection des touches, surtout quand on n’a pas encore l’œil. Réglez la friction du moulinet en fonction du poisson visé.
  • Animation du leurre : Si vous utilisez un leurre, le maniement de la canne doit le rendre aussi attractif que possible, en imitant le mouvement naturel des proies des poissons. Cela peut être fait par des tirées, des animations en dents de scie, ou des récupérations constantes à différentes vitesses.

9. Réaliser les montages

  • Choix du fil : utilisez un fil adapté au type de poisson que vous visez. Un fil trop épais pourrait être visible et dissuader les poissons, tandis qu’un fil trop fin pourrait se briser sous la tension.
  • Montage de la ligne : apprenez à faire des nœuds fiables. Le nœud de pêcheur et le nœud Palomar offrent, par exemple, une bonne résistance. Il faut que vos nœuds soient bien serrés et coupés près pour éviter tout accroc.
  • Choix de l’hameçon et du leurre : l’hameçon doit être adapté à la taille de la bouche du poisson ciblé. Les leurres devraient correspondre au type de proie que votre poisson cible mange habituellement, que ce soit en forme, en taille et en couleur.
  • Plombée : L’ajout de poids sur votre ligne dépend de la technique utilisée. Pour la pêche au fond, vous aurez besoin de poids suffisant pour que votre appât reste en place, tandis que pour la pêche à la traîne, un poids léger ou nul peut suffire.
  • Flotteur ou indicateur de touche : Utilisez un flotteur si nécessaire pour maintenir l’appât à la hauteur désirée. Le flotteur doit être suffisamment sensible pour indiquer même les touches les plus légères.

Entraînez-vous autant que possible pour devenir maître lorsqu’il s’agit de sentir et voir les indications de touche, car chaque espèce a sa manière de prendre l’appât.

  1. Derniers conseils pratiques pour optimiser vos sessions de pêche

Pour terminer, ces conseils supplémentaires vous aideront à améliorer votre expérience de pêche et à mettre toutes les chances de votre côté :

  • Se renseigner sur la réglementation locale : informez-vous et respectez les règles en vigueur concernant les limites de capture, les tailles minimales, les périodes de fermeture, etc.
  • Observer l’environnement : portez une attention particulière aux indices qui peuvent vous renseigner sur la présence de poissons (oiseaux en surface, insectes sur l’eau, mouvements dans l’eau, etc.).
  • Adapter ses techniques : selon les espèces ciblées, le type d’eau (douce ou salée) et les conditions météorologiques, certaines techniques seront plus efficaces que d’autres. N’hésitez pas à varier votre approche en fonction de ces critères.
  • Patience et discrétion : la pêche demande de la patience et du calme. Soyez discret pour ne pas effrayer les poissons, adoptez une approche progressive lors de l’approche des zones de pêche et n’hésitez pas à persévérer en cas d’échec.

S’INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER

Picture of Pascal

Pascal

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo

Les articles similaires

10 Nov 2023

Comment pratiquer la pêche à l’étang ?

La pêche à l’étang est une activité apaisante et gratifiante qui permet de se connecter avec la nature et d’apprendre la patience. Que vous soyez…

10 Nov 2023

Législation sur la pêche

Naviguer à travers les eaux claires, sentir l’air frais et attendre patiemment le frémissement de la ligne… la pêche sonne comme une symphonie silencieuse entre…

17 Oct 2023

Où pêcher le thon ? Les meilleurs endroits et astuces pour les passionnés

Le thon est un poisson très prisé par les pêcheurs du monde entier, tant pour sa chair délicieuse que pour le défi qu’il représente. Si…